Un ballon d’oxygène

Nassim, 19 ans, a intégré le programme d’insertion professionnelle issu du partenariat entre l’Agence pour l’éducation par le sport et la banque LCL signé en 2015. Licencié au club de football des Enfants de la Goutte d’Or, il a accepté de raconter son histoire.

Nassim est né dans le 18e arrondissement de Paris en 1996. Son père est arrivé de Tunisie à Paris après avoir trouvé un emploi de cuisinier. Sa femme l’a suivi un an plus tard. Nassim est le dernier d’une famille de trois enfants. « Mon père est par la suite devenu chauffeur de taxi et ma mère travaillait comme assistante maternelle et je dois dire que je n’ai jamais manqué de rien, j’ai toujours eu ce que je voulais. » Son frère et sa sœur ont suivi des chemins différents. Le premier, 28 ans aujourd’hui, a suivi une scolarité sans problème. Après le baccalauréat, il suit des études d’architecture avant de dévier complétement. Il interrompt son cursus et devient chauffeur privé. Sa sœur, 36 ans, a également suivi une scolarité ordinaire en France avant de décider de « partir vivre à l’étranger », elle s’est en fait installée en Tunisie.

Nassim entre à la maternelle à la Goutte d’Or. Dans le même quartier, une fois en classe élémentaire, on constate qu’il éprouve des difficultés à l’écrit. Ce n’est pas une question de compréhension, un léger handicap, qui l’empêche d’écrire convenablement. Suivi par un ergothérapeute, il suivra les cours en devant se servir d’un ordinateur. « Mais en 4e, j’ai voulu arrêter. J’avais environ 13 ans et j’avais décidé que je ne voulais pas être différent des autres. Mon écriture est aujourd’hui lisible, ce qui n’était pas du tout le cas à l’époque. » Nassim va redoubler mais passera un CAP commercial avant de s’orienter, une fois au lycée, vers un bac professionnel « Accueil, relation clients et usagers ».

En parallèle, durant toutes ses années, Nassim qui concède qu’il travaillait à l’école quand il avait envie, « même si je possédais les bases », avait une autre attirance irrépressible : le football. Dès 5-6 ans, il s’inscrit dans le club de la Goutte d’Or. Là, il rencontre Nasser, passé par l’association des Enfants de la Goutte d’or, avant de devenir entraîneur de l’équipe et surtout, un formateur, voire un conseiller bienveillant. Dans le cadre du programme « Point de rencontres » initié par LCL et l’Agence pour l’éducation par le sport qui vise à intégrer dans la banque des jeunes non-diplômés, il se porte par exemple garant des candidats qu’il présente, notamment après une formation chapeautée par l’Agence qui vise à faire acquérir par la pratique sportive les savoir-être indispensables au monde professionnel. « Dès que les cours finissaient, je voulais aller jouer au football. Je m’y suis fait plein d’amis. Nous disputions des compétitions ensemble et nous étions là pour nous amuser. J’en ai retiré énormément de joies, même si on ne gagnait pas tout le temps. »

Doucement, Nassim grimpe dans les différentes catégories et se fait une place en tant qu’arrière droit. En dehors du football auquel il se consacre sérieusement, il découvre son quartier. « C’est un endroit sympa. Il y a généralement une ambiance festive parce que le quartier s’est adapté à toutes les cultures. Barbès n’est pas constitué d’une population uniforme. Arabes, Africains, Européens sont présents, il suffit de rentrer dans les différents commerces pour s’en rendre compte. » Et l’équipe est à l’image du quartier. Elle intègre des garçons en difficulté sociale et relationnelle comme d’autres qui veulent s’accrocher. A 17 ans, Nassim apprend à vivre avec chacun d’autant plus que Nasser lui confie la responsabilité de l’équipe des moins de 15 ans. « Il s’agissait alors d’apprendre aux autres à respecter les règles pour se faire respecter soi-même. »

Propos recueillis par Olivier Villepreux

Télécharger le communiqué de presse