Du terrain à l’entreprise via APART, l’Agence pour l’éducation par le sport et l’Europe.

L’association APART mise sur les débouchés de proximité via le programme 1Pro’sport piloté par l’Agence pour l’éducation par le sport et aidé financièrement par le Fond social européen dans le cadre de l’Initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ) de la Seine Saint-Denis.

APART, à Tremblay-en-France est une association s’occupant exclusivement d’insertion professionnelle par le sport. Laurence Ribeaucourt, sa présidente, forte d’une expérience dans un collège de Montfermeil et d’un long partenariat avec l’Agence pour l’éducation par le sport, accompagne prioritairement des jeunes marginalisés ou éloignés des dispositifs d’insertion et de formation vers des entreprises situées dans leur environnement immédiat. Apart et l’Agence pour l’éducation par le sport ont co-construit l’action 1pro’sport qui court jusqu’à fin 2017 et qui propose un accompagnement vers l’emploi très poussé et personnalisé de jeunes sans solution. L’Agence s’occupe de la coordination générale, de la recherche de débouchés professionnels et de la formation des jeunes en lien avec l’entreprise, tandis qu’APART est la courroie de transmission sur le terrain auprès des jeunes, quotidiennement.

APART dispose en Seine-Saint-Denis de personnels mobiles et réactifs capables d’aller à la rencontre de jeunes en situation de précarité sociale. Une disponibilité de tous les jours et un suivi personnalisé, au plus proche de la personnalité des filles et garçons de 16 à 25 est la condition première de sa réussite. Cette démarche « active » compense une certaine inertie des structures sociales classiques existantes qui nécessitent qu’on aille vers elles.

La clé, pour Laurence Ribeaucourt, réside dans le fait d’assurer une présence humaine dans les quartiers quasi permanente. L’écoute des désirs et la compréhension des blocages individuels permettent de dessiner des projets d’insertion et dans ce cadre la pratique sportive est privilégiée comme moyen de reprendre confiance en soi. De 2012 à 2014, APART et son équipe de travailleurs sociaux et d’éducateurs sportifs ont acquis une expertise à travers leur projet Pass’Emploi, qui a permis de suivre 47 jeunes majeurs en errance ou sans activité.

Pour avoir un aperçu du contexte, à Tremblay-en-France, 40 % de la population habite en logements sociaux construits dans les années 1960-1970. Ce sont souvent des familles monoparentales qui s’y sont installées, sans emploi fixe. En 2008, après la crise financière, la ville perd quatre agences de travail intérimaire sur cinq. Ce qui crée chez beaucoup de jeunes un état psychologique tel que sentiment d’exclusion et d’impossibilité de pouvoir agir sur son destin. Outre ce fatalisme absolu qui est un lourd handicap, ils réagissent en se débrouillant pour vivre, parfois à la limite de la légalité, et trouvent dans le sport et la musique ou la danse un moyen d’accéder à un bien-être. C’est sur ce terrain favorable qu’Apart travaille dans un premier temps mais en soi cela ne suffit pas, il faut proposer des débouchés professionnels accessibles pour permettre un projet de vie, dans un avenir proche.

Laurence Ribeaucourt et son équipe sont donc allés prospecter dans leur environnement immédiat, ce qui n’est pas forcément une évidence puisque quels que soient les emplois « ouvrables », ils requièrent des qualifications précises : c’est notamment le cas dans la zone aéroportuaire de Roissy limitrophe, grande pourvoyeuse d’emplois (agents d’escale, de sécurité…) mais lointaine et fermée pour qui a quitté l’école précocement. APART s’est donc rapprochée plutôt du centre de formation de Roissy. L’association est également entrée dans le réseau de PME locales sur la base de relations personnelles. Cela ouvre des perspectives pour les jeunes par exemple dans les secteurs de la restauration, l’organisation d’événements, ou encore la livraison de marchandises. Autre débouché, les entreprises du bâtiment présentes dans le 93, notamment celles impactées par les travaux du Grand Paris. Dans le public, La Poste constitue également un partenaire local abordable. Enfin et surtout, APART fait partie du programme « Point de rencontre » de l’Agence pour l’éducation par le sport et de la banque LCL au sein duquel des jeunes sont accompagnés progressivement vers les métiers de la banque. C’est l’important soutien financier du Fond social européen obtenu avec l’Agence pour l’éducation par le sport qui lui permet aujourd’hui de prolonger cette première expérience et de l’étendre à d’autres entreprises.

Les responsables d’APART s’assurent eux de l’engagement du jeune candidat dans son propre projet. Il s’agit d’abord d’apprendre la patience, et de comprendre, étape par étape, les codes qui permettent d’accéder à un emploi. « On ne travaille pas d’un jour à l’autre, il y a des démarches obligatoires à observer, qu’elles soient comportementales ou réglementaires, par exemple, comment obtenir le badge pour pénétrer la zone aéroportuaire, accéder aux formations inhérentes à tel métier dans telle PME, etc. »

Le parcours d’insertion se découpe en trois périodes avec un accompagnement social et éducatif continu jusqu’à la signature du premier contrat de travail. D’abord, un sas d’adaptation intitulé Trempl’1 de deux semaines préparant à l’entrée en formation en travaillant sur le rythme de vie et des problématiques d’organisation de vie extérieure à l’emploi, comme tout ce qui touche à la santé. Puis deux stages successifs, un d’une semaine de détection des aptitudes au travail des jeunes, un autre dit de pré-recrutement de trois semaines, plus spécifique sur les compétences requises dans l’emploi visé. Tout au long de ce parcours, le sport est utilisé comme support d’appréhension du monde de l’entreprise en insistant sur le rapport à la hiérarchie, la prévention des conflits. Les sports privilégiés sont la boxe éducative (gestion du stress, de la frustration), les exercices musculaires de remise en forme comme le fitness ou la zumba, et les sports collectifs pour la cohésion de groupe, comme le basket et le chuckball.

A la fin du processus, l’action permet aux jeunes d’exprimer leur formidable caractère et talent d’adaptation à n’importe quel problème dans un cadre professionnel. Lors du Forum de l’éducation pas le sport à Lyon en 2015, une jeune fille d’APART qui a intégré une formation chez LCL avait interpellé élus et patrons d’entreprise : « Pourquoi vous ne veniez pas nous voir ? On pensait que vous aviez peur de nous. »

Propos recueillis par Olivier Villepreux

Télécharger le communiqué de presse