Les liens étroits entre ERA-93 et l’Agence pour l’éducation par le sport

À Saint-Ouen une association d’éducation par le sport identifie et accompagne quelques 150 enfants de 10 à 15 ans sans repères familiaux. Son partenariat avec l’Agence pour l’éducation lui apporte une assistance technique et matérielle qui facilite son travail.

Créée en 2010, « Ecouter, réfléchir, agir » (ERA-93) est l’œuvre de trois travailleurs sociaux qui ont souhaité agir sur leur d’habitation, dans un quartier de Saint-Ouen. « Nous savons que dans l’éducation d’un enfant, 30% des apprentissages proviennent de la vie extrascolaire. Or, à Saint-Ouen, pas mal d’enfants n’ont pas accès à ces activités hors du cadre de l’école » explique Lolo Tshiala un des responsables de l’association. La cible des éducateurs sont des enfants qui ont des carences éducatives et, évidemment, dont personne ne veut à cause de leur comportement, et ceux qui ne bénéficient pas de soutien familial, humain ou financier. ERA-93 joue un rôle de médiateur social, d’aide à la scolarité et d’interlocuteur privilégié avec les parents.

Dans leur vœux d’éducation par le sport, l’association a choisi d’utiliser le Tchoukball, un sport inventé dans les années 1970 par un médecin suisse pour lutter contre les chocs physiques et qui demande une collaboration entre les joueurs. « L’aspect coopératif est intéressant dans le Tchoukball mais surtout, c’est un sport que les enfants ne connaissent pas, ce qui permet une découverte commune, d’être davantage auprès d’eux, parce qu’ils ne possèdent aucun acquis. Cela permet à tout le monde de progresser. L’observation du jeu, avant d’agir, dans ce sport est capital. Nous utilisons à plein cette caractéristique. »

Au niveau des structures et de l’équipe, ERA-93 fonctionne avec quatre salariés et un service civique fournit par l’Agence pour l’éducation par le sport, dispose d’une subvention du Conseil régional et de l’aide du CNDS qui permet de mobiliser deux personnes sur des projets sur trois, quatre ans. Enfin l’activité de l’association génère aussi des revenus, grâce aux formations qu’elle dispense et ses interventions dans le périscolaire. « Grâce à l’Agence pour l’éducation par le sport nous avons reçu il y a deux ans une dotation après avoir été lauréat régional de l’appel à projet « Fais-Nous Rêver ». Le réseau de l’Agence nous a permis d’accueillir des porteurs de projet diplômés en STAPS qui nous conseillent. Enfin, l’Agence nous fait bénéficier de ses partenaires, nous permet par exemple de trouver des débouchés professionnels dans d’autres structures pour les animateurs que nous formons. L’Agence, c’est aussi un système de tutorat. Nous sommes en lien avec un tuteur qui peut répondre à nos questions. » L’Agence pour l’éducation par le sport permet également aux membres d’ERA 93 d’intégrer son programme « Vacances Fais-Nous Rêver ». Les enfants peuvent donc quitter le quartier et voyager encadrés par des éducateurs.

Selon Lolo Tshiala, bien sûr, il reste des besoins à combler qui touchent au matériel sportif et des moyens financiers supérieurs. « Nous passons beaucoup de temps à chercher des partenaires, notamment des entreprises, c’est autant de temps que nous ne passons pas avec les enfants et surtout cela nous permettrait de travailler plus sereinement. » ERA-93 a également intégré en 2015 l’école « Fais-Nous Rêver » de l’Agence pour l’éducation par le sport dans le but de diffuser son expérience au réseau et ses méthodes d’éducation par le sport grâce au Tchoukball.

Propos recueillis par Olivier Villepreux

Télécharger le communiqué de presse